White Darkness Nacho Duato Les Ballets de Monte-Carlo
Anna Blackwell & Francesco Mariottini ©AB
White Darkness Nacho Duato Les Ballets de Monte-Carlo
©Alice Blangero
White Darkness Nacho Duato Les Ballets de Monte-Carlo
Anissa Bruley & George Oliveira ©AB
White Darkness Nacho Duato Les Ballets de Monte-Carlo
Daniele Delvecchio & Christian Tworzyanski ©AB
White Darkness Nacho Duato Les Ballets de Monte-Carlo
George Oliveira ©AB
0105
Anna Blackwell & Francesco Mariottini ©AB
©Alice Blangero
Anissa Bruley & George Oliveira ©AB
Daniele Delvecchio & Christian Tworzyanski ©AB
George Oliveira ©AB

White Darkness

NACHO DUATO

Nacho Duato a composé ce ballet en un acte, White Darkness, sous forme d’un requiem en mémoire de la perte prématurée d’une sœur. Le résultat est un chef-d’œuvre qui, selon les critiques, a « atteint des sommets impossibles » dans le paysage de l’art moderne.

L’héroïne du ballet, ayant perdu la foi en l’amour, recherche l’oubli, mais le chemin qu’elle a choisi ne lui apporte pas de la joie mais une agitation fiévreuse, suivie de la déception, de l’aliénéation et un isolement auto-infligé.

Nacho Duato ne considère pas la danse comme une forme de commentaire social, mais il l’utilise néanmoins pour véhiculer les thèmes les plus complexes. « Je suis profondément frappé de voir à quel point il est triste que des jeunes gens laissent ruiner leur vie et s’enfoncer dans un monde ténébreux, un monde si ténébreux en fait, qu’il n’y a pas d’issue. » explique le chorégraphe, à propos du contexte émotionnel de cette production.


Choréographie : Nacho Duato
Musique : Karl Jenkins (Adiemus Variations, String Quartet nº 2)
Scénographie : Jaffar Chalabi
Costumes : Nacho Duato
Lumières : Joop Caboort
Mise en scène : Thomas Klein
Organisation et Production : Carlos Iturrioz-Mediart Producciones SL (Spain). Production décor et costumes : Opéra National de Paris
Durée : 30 min

Première mondiale par la Compañía Nacional de Danza au Teatro de la Zarzuela à Madrid, Espagne, le 16 novembre 2001
Première par Les Ballets de Monte-Carlo, le 26 juillet 2018 Salle Garnier Opéra de Monte-Carlo