©Alice Blangero
©Alice Blangero

Cendrillon

J-Ch. Maillot

Cendrillon n’est pas simplement un personnage de conte de fées, disait Prokofiev, mais aussi un être vivant, qui ressent, vit et dont le destin nous émeut. À l’instar de cette vision essentiellement humaine, Jean-Christophe Maillot joue du merveilleux et du naturel pour déployer le grand livre d’images aux accents familiers et étranges. Guidée par le souvenir de sa mère, Cendrillon trace sa route, à la recherche d’un amour sincère parmi les outrances tragiques d’une cour à l’esthétique sophistiquée. Le chorégraphe s’empare ainsi du thème, obsédant pour le genre humain, de la reconnaissance de l’être aimé - une clé essentielle pour comprendre la narration de Jean-Christophe Maillot. Cendrillon, mais aussi Roméo et Juliette, les cygnes blancs et noirs et plus récemment encore Katarina et Petruchio... Chacun d’entre eux voit s’abattre sur eux un tombereau de calamités lorsqu’il s’agit d’élire l’être aimé. Mais les Pas de Deux créés par Jean- Christophe Maillot, tous plus sensuels les uns que les autres, ne nous montrent-ils pas qu’au fond, rien ne mérite tant d’efforts ?

 


Chorégraphie : Jean-Christophe Maillot
Musique : Serge Prokofiev
Scénographie : Ernest Pignon-Ernest
Costumes : Jérôme Kaplan
Lumières : Dominique Drillot
Première le 3 avril 1999, Salle Garnier Opéra de Monte-Carlo