©Alice Blangero
©Alice Blangero

Violin Concerto

Composé par Igor Stravinski, le Concerto pour Violon et orchestre en ré Majeur est le fruit d’une riche collaboration avec le violoniste Samuel Dushkin, qui témoigne de fascinantes découvertes sur les possibilités de l’instrument. Balanchine s’efforça d’en traduire, dans le langage de la danse, toute la complexité. Il en réalisa une première version chorégraphique en 1941 pour l’Original Ballet Russe, sous le titre de Balustrade. Le ballet fut présenté le 22 janvier à New York, sous la direction d’Igor Stravinski (avec Samuel Dushkin en tant que violon soliste).

Trois décennies plus tard, lorsque Balanchine revient à cette partition, il ne se souvient plus de sa chorégraphie originale. «Ce que l’on crée à une époque vaut pour cette époque...» dit-il. Souhaitant à tout prix rendre hommage à son ami Stravinsky (mort l’année précédente) à l’occasion du Festival portant son nom, Balanchine décide néanmoins de réutiliser le fameux concerto et recrée une chorégraphie. Dans cette nouvelle version de 1972, les costumes de Tchelitchev disparaissent ainsi que les décors. Cette volonté du chorégraphe d’épurer la version originale reflète son désir de se concentrer exclusivement sur la relation entre la chorégraphie et la musique. Balanchine poursuit ainsi son grand rêve : «Voir la musique et écouter la danse». La nouvelle chorégraphie suit en effet directement la partition : une ouverture «Toccata» et un finale «Capriccio» qui entourent deux «Arias».

En créant cette oeuvre d’une fraîcheur absolue, Balanchine produit un ballet entièrement nouveau qui prend immédiatement place parmi ses chefs-d’œuvre. Lincoln Kirstein le qualifie « superproduction » et même Balanchine, qui refusait de parler de ses œuvres en termes de préférence, acceptait lui-même de dire de ce ballet qu’il était “bien fait”, c’est à dire qu’il avait atteint, sur le plan technique, un “certain” point d’accomplissement.

La pièce illustre clairement le classicisme déstructuré que Balanchine a mis en place avec The Four Temperaments en 1946 et qu’il a développé en collaboration avec Stravinsky dix ans plus tard dans Agon. Avec ce ballet, Balanchine atteint le sommet de son art. Selon l’écrivain Nancy Goldner, Violin Concerto était «la composition musicale la plus visuelle que Balanchine ait jamais chorégraphiée. »

Igor Stravinsky, avait évidemment senti ce don exceptionnel chez Balanchine : « Balustrade, le ballet que George Balanchine et Pavel Tchelitchew ont fait du Concerto pour violon, a été l’une des visualisations les plus satisfaisantes de mes œuvres. Balanchine a composé la chorégraphie en écoutant mon enregistrement, et j’ai pu l’observer en train de concevoir un geste, un mouvement, une combinaison, une composition. Le résultat fut une série de dialogues parfaitement complémentaires et coordonnés avec ceux de la musique. »


Chorégraphie : George Balanchine
Réglée par : Karin Von Aroldingen
Musique : Igor Stravinski
Lumières : Dominique Drillot
Durée : 23 min

Première par le New York City Ballet, le 18 juin 1972, New-York State Theater
Première par Les Ballets de Monte-Carlo, le 28 décembre 1986, Salle Garnier Opéra de Monte-Carlo.
Reprise le 29 avril 2018, Grimaldi Forum Monaco.