La Valse

"Nous dansons sur un volcan...". Ces mots que le compositeur écrivait au Comte de Salvaudy frappèrent fortement le chorégraphe qui proposa en 1951 une version annexant à la partition originale de La Valse (1920), sept des huit Valses nobles et Sentimentales composées en 1911. Pour traduire le malaise de son époque, le chorégraphe joue des valeurs-clé du romantisme, juxtaposant matérialité et surnaturel, réel et idéal. Il y a, tout à la fois, dans les mots de Ravel comme dans la traduction chorégraphique qu'en fit Balanchine, la légèreté, la gaîté apparentes qui ne sauraient cacher l'intuition d'une catastrophe imminente. La chorégraphie semble, à certains moments, se désintégrer, dotée de ce "quelque chose d'acide et de clair, de transparent et d'anguleux" dont Vladimir Jankelevitch qualifiait les Valses de Ravel.


Chorégraphie : George Balanchine
Réglée par : Karin Von Aroldingen
Musique : Maurice Ravel
Décors d'après : Jean Rosenthal
Costumes d'après : Karinska
Durée : 30 min

Première par le New York City Ballet, le 20 février 1951, New York
Première par Les Ballets de Monte-Carlo, le 31 décembre 1994, Monaco