Mirror's Edge

KAROLE ARMITAGE

Le voyage de l’érotisme vers l’expérience de l’éternel.

Pour Karole Armitage, le vocabulaire du ballet est un mariage de pôles opposés: D’une part, il y a l'idéalisation du corps et du potentiel humain dans tout le raffinement et la précision de la danse classique; d’autre part, il y a la « wave dance », une forme de danse de rue née dans le ghetto du South Bronx. La danse contemporaine a une image, un espace et un vocabulaire aussi codés que la danse classique. Karole Armitage propose une autre définition de la danse. Il ne s'agit pas de la danse classique du XIXème siècle qui est basée sur la hiérarchie mais d'une danse classique aussi libre et personnelle que la société d'aujourd'hui, soumise aux influences du tiers monde, du jazz, du rap, d'images des media, de l’espace asymétrique, du déséquilibre.  C'est une danse intime, vertueuse et disciplinée, qui fait que l'individu s'exprime à travers un univers régi par des lois plus fortes que lui-même.


Chorégraphie : Karole Armitage
Assistée de : David New man
Musique : Michael Galasso
Costumes : Alpana Bawa
Lumières : Dominique Bruguière

Création pour Les Ballets de Monte-Carlo
Première le 20 décembre 1998, Salle Garnier Opéra de Monte-Carlo