©Alice Blangero
©Marie-Laure Briane
0102
©Alice Blangero
©Marie-Laure Briane

Men's Dance

J-Ch. Maillot

Le rythme de Steve Reich laisse le champ libre à la musique des corps. Les instruments de cet orchestre chorégraphique sont des danseurs. Antinomiques, ils apparaissent aussi puissants que fragiles et sensuels, à la recherche de corps invisibles qu'ils n'arrivent jamais à atteindre ou à étreindre. Virtuoses et exposés, fragiles et puissants, débridés et maîtrisés, corps extrêmes et coeurs à vif, ils se jettent dans la traversée du mouvement, se laissant aspirer et rejeter par leur propre souffle. Fluides, les lignes des corps se brisent à mi-parcours pour rejaillir en accélérations aigues. Les angles s'arrondissent là où ils menaçaient, les courbes se cabrent là où elles s'alanguissaient. Les marques sont oubliées. Aux confins d'une pratique d'exorcisme, les danseurs fouettent les images convenues et se laissent vivre. La danse seule pourra-t-elle dire la troublante jouissance d'être.

Dominique Passet Baudelot


Chorégraphie : Jean-Christophe Maillot
Musique : Steve Reich, musique pour Morceaux de bois - 1973
Musique additionnelle : Daniel Teruggi, extrait d’Instants d’hiver - 1993
Scénographie : Dominique Drillot
Costumes : Jean-Christophe Maillot et Jean-Michel Lainé
Lumières : Dominique Drillot
Assistant vidéo : Gilles Papain

Première le 30 décembre 2002, Grimaldi Forum Monaco