Voir l'extrait vidéo !
Bernice Coppieters & Chris Roelandt ©MLB
©Alice Blangero
Marketa Pospíšilová & Lucien Postlewaite ©AB
©Alice Blangero
0105
Voir l'extrait vidéo !
Bernice Coppieters & Chris Roelandt ©MLB
©Alice Blangero
Marketa Pospíšilová & Lucien Postlewaite ©AB
©Alice Blangero

Altro Canto I

J-Ch. Maillot

À mi-chemin entre la statuaire des cathédrales et le clair-obscur d’un Georges de La Tour, Alto Canto est une pièce qui exalte le corps androgyne en mouvement en épousant les accents dramatiques du Magnificat de Monteverdi. Si Jean-Christophe Maillot ne développe pas de thème particulier pour conduire son ballet, la partition du compositeur italien en est le véritable poumon. La musique traverse les danseurs et résonne en eux. Les corps vibrent, vacillent, ondulent, s’élèvent pour plonger à nouveau l’instant d’après dans une quête spirituelle aussi religieuse que païenne.

À l’ombre des statues d’église, entre vitrail et chapiteau, l’être hybride et fantastique n’est jamais bien loin. Ici, le corps se fait poisson et nage dans l’onde d’un ballet irréel. La chair remonte le cours du sacré, elle serpente entre les rais dorés d’une voûte de bougies qui baignent la scène d’une mystique quasi palpable. Si la pièce évoque une quête spirituelle, Jean-Christophe Maillot maintient toutefois l’ascèse à distance. Pas question de renoncer à la sensualité. Dans Altro Canto, l’élévation est avant tout charnelle et surtout elle est partagée. Extases et Pietà s’entrelacent en une œuvre virtuose qui révèle une sacralité aussi sombre que lumineuse.


Chorégraphie : Jean-Christophe Maillot
Musique : Claudio Monterverdi, Biagio Marini, Giovanni Girolamo Kapsberger
Interprétée par l'ensemble Akademia dirigé par Françoise Lasserre
Costumes : Karl Lagerfeld
Scénographie : Rolf Sachs
Lumières : Dominique Drillot

Première le 19 avril 2006, Grimaldi Forum Monaco