©Alice Blangero
Jeroen Verbruggen ©Alice Blangero
©Alice Blangero
0103
©Alice Blangero
Jeroen Verbruggen ©Alice Blangero
©Alice Blangero

Blind Willow

I.C. JOHANNESSEN

« L’image des yeux bandés que j’utilise dans cette création est tirée de la mythologie grecque. Il s’agit de Thémis qui symbolise la loi divine et naturelle, l’ordre et la justice. Elle tient une balance dans une main et une épée dans l’autre. Une image similaire a été utilisée pour la déesse romaine Lustitia. Le bandeau représente l’objectivité dans la mesure où la justice est, ou devrait être, rendue de manière objective, sans crainte ni faveur, indépendamment de l’identité, de l’argent, du pouvoir ou de la faiblesse. Une justice aveugle et impartiale...

La danseuse dans Blind Willow qui choisit de se bander les yeux le fait peut être pour ne pas voir ou pour filtrer ce que son environnement lui montre. Il est trop difficile de rester objectif, d’affronter la vérité. Peut-être veut-elle laisser ces choses dans l’inconscient ?

Les échelles, la balance dans les mains de la justice sont des thèmes qui me permettent d’approfondir la notion d’équilibre. Dans les différents duos qu’ils exécutent, les danseurs travaillent sur l’équilibre du corps. Un détail lié au contact d’une main, un mot, un regard... Comment cela agit sur notre équilibre ? Voilà ce qui est important pour moi ».

Ina Christel Johannessen


Chorégraphie : Ina Christel Johannessen
Scénographie : Kristin Torp
Costumes : Kristin Torp
Lumières : Samuel Théry
Musiques : Ryoji Ikeda, Alva Noto, Tommy Janssen, Dakota Suite, Murcof, Hannu
Durée : 30 min

Première par Les Ballets de Monte-Carlo, le 21 décembre 2012, Grimaldi Forum Monaco