Le Mariage d'Aurore

GHISLAINE THESMAR

Extrait de « La Belle au Bois Dormant »

Du ballet de Tchaïkovsky, La Belle au Bois Dormant, créé à Saint-Pétersbourg en 1890 et repris à Londres en 1921, par les Ballets de Serge de Diaghilev, un divertissement tiré du troisième acte, toujours par les Ballets Russes, fut présenté à l’Opéra de Paris en 1922, dans la chorégraphie de Petipa dont se sont inspirées Ghislaine Thesmar et Olga Evreinoff.

Poursuivie par la haine de la Fée Carabosse, la jeune Princesse Aurore a été plongée dans un sommeil qui doit durer cent ans. C’est dans le château de Florestan IV, père d’Aurore,que le prince Florimond, informé par la bonne Fée Lilas, trouve la Princesse endormie. Il lui donne un baiser. Aurore s’éveille. La Cour s’anime. On va pouvoir célébrer le mariage d’Aurore et du Prince.

C’est la grande fête donnée à cette occasion qui fait l’objet de ce divertissement. De toutes parts, surgissent les personnages des Contes de Perrault. Une Mazurka endiablée réunira tous les personnages de la féerie et terminera brillamment cette fête.

Yves Hucher


Chorégraphie : Ghislaine Thesmar et Orla Evreinoff d’après Marius Petipa
Musique : Piotr Ilich Tchaikovsky
Scénographie et costumes : d’après Léon Bakst

Avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, sous la direction d’Ivan Anguélov