Lamento

NICOLAS MUSIN

Destiné au public monégasque, Lamento prend en compte le croisement d’identités italienne et française, très évident parmi les danseurs des Ballets de Monte-Carlo (1993).

Le décor scénique représente de façon stylisée un port de pêche sicilien. Le canevas, l’argument ont été élaborés en commun au cours de plusieurs séances de travail où il fut moins question d’être fidèle à une idée de la Sicile, que de trouver des passerelles entre chorégraphie, littérature et peinture.

Autour du thème de la pêche au thon, complété par le mythe sicilien de Cola Pesce, l’homme-poisson, j’ai donc fourni à Nicolas Musin une brassée d’images (maritimes, oniriques, réalistes, érotiques, funèbres), à charge pour lui de me dire si, avec ces images « littéraires », on pouvait faire du théâtre, et si, avec ce théâtre, il y avait moyen de produire de la danse.

La représentation scénique est compartimentée en 3 lieux : l’intérieur d’un palazzo (mon exclusif des femmes), la place du marché et le port (lieu central, lieux mixtes), enfin la mer (monde d’hommes).

Thèmes principaux : la lutte des éléments contraires (terre-eau), le principe de légèreté s’opposant à la tragédie, l’ironie face à l’autorité, la résurrection des morts, les limites de l’amour …

 


Chorégraphie : Nicolas Musin
Livret : Bertrand Visage
Musique: Bertrand Maillot, Giovanna Marini, II Trillo, Ramuntcho Matta
Décors: Ennio Tamburi
Costumes : Nicolas Musin
Création des masques : Michel Falzone
Eclairages : John van der Heyden

Création pour Les Ballets de Monte-Carlo
Première le 13 août 1993, Salle Garnier Opéra de Monte-Carlo