Dichterliebe

BERTRAND D'AT

De l’extase amoureuse au désespoir le plus noir, de l’ironie à la paix intérieure, Dichterliebe est un long voyage au cœur d’un homme. Sa passion métaphorique pour une inconnue est-elle celle de l’artiste face à son art, sa longue lutte vers l’aboutissement créatif ?


Chorégraphie : Bertrand d’At
Musique : Robert Schumann sur des poèmes de  Heinrich Heine
Baryton François Leroux
Scénographie : Bertrand d’At
Costumes : Agnès d’At de Saint-Foulc
Peintures : Wanda Savy

Première le 25 décembre 1994, Salle Garnier Opéra de Monte-Carlo