©Alice Blangero
©Alice Blangero
©Alice Blangero
0103
©Alice Blangero
©Alice Blangero
©Alice Blangero

The Death and the Maiden

PETR ZUSKA

« Selon moi, cette pièce est du théâtre dansé plutôt que du ballet. Il n’y a pas de récit, même s’il existe une histoire sous-jacente.
Personne ne sait grand-chose de la mort (the Death).
D’après certaines théories, une personne sur le point de mourir connaît un flashback singulier lorsque sa vie toute entière défile devant elle en une seconde. Dans notre cas, il s’agit d’une jeune fille (the Maiden) et son flashback d’une seconde se prolonge de 22 minutes.
Tandis que défilent tous les souvenirs des êtres qui lui sont chers, tous les aspects du monde matériel la quittent également. La Mort est très stricte. Elle peut être tout à la fois ignoble et cruelle mais aussi affectueuse et débordante de tendresse. La Mort a de nombreux visages et aspects, et nous ne savons pas où, ni comment, nous la rencontrerons.
Il y a peut-être un lien avec le piano, le roi des instruments.
La musique du piano est au centre de la pièce et, en même temps, elle fait partie du mobilier de la chambre de la jeune fille ».

Petr Zuska


Chorégraphie et lumières : Petr Zuska
Musique : Franz Schubert, Leos Janacek
Scénographie : Jan Dusek
Costumes : Petra Lebduskova
Durée : 25 min

Création pour Les Ballets de Monte-Carlo
Première le 21 octobre 2011, Salle Garnier Opéra Monte-Carlo