La Dame aux Camélias

JOSEPH RUSSILLO

Le personnage de la Dame aux Camélias ne cesse d’inspirer les créateurs. Alexandre Dumas, fils, qui dans son roman, avait raconté un épisode quelque peu douloureux de sa propre existence, en fit une pièce de théâtre, dont le succès fut tel que Giuseppe Verdi décida d’en faire un opéra « La Traviata ». Dès lors, chorégraphe et cinéastes se sont passionnés pour le personnage et nous ont donné un certain nombre de chefs d’œuvre. A son tour, Russillo se penche sur le destine de « Marguerite Gautier » et refusant un seul compositeur,  tente d’expliquer le personnage à travers les musiques les plus diverses, allant jusqu’à Johnson O’Toode, Tomita et sa musique électronique. «Marguerite Gautier » devient ainsi un personnage qui, grâce à la danse, peut exprimer cette passion dévorante qui l’habite. Courtisane, parmi les plus en vue de Paris, La Dame aux Camélias renonce à sa vie passée dès l’instant où elle rencontre « Armand Duval ». Pour des raisons de bienséance, le père de ce dernier, pour l’obliger à rompre, vient trouver Marguerite et la supplie de mettre un terme à leur liaison. Par amour, elle accepte mais ne pourra supporter cette décision, ce qui porte un coup fatal à sa santé, déjà fort compromise par l’excès de sa vie passée.

 


Chorégraphie : Joseph Russillo
Musique : Verdi,  Listz (d’après Wagner), Massenet, Ravel
Scénographie : Nuno Corte Real

Création pour Les Ballets de Monte-Carlo
Première le 2 avril 1988, Salle Garnier Opéra de Monte-Carlo